PLACE!

21 mars 2010

« (…) s’immobiliser sur une place et regarder fixement un endroit précis dans le ciel. Des passants s’arrêtent alors à ses côtés pour tenter de saisir ce qu’il fait mine de scruter.»

Claire Moulène, à propos du travail de Francis Alÿs, Art contemporain et lien social

S’immobiliser.
S’arrêter en groupe.
Former une communauté un instant.
Former une communauté à un endroit, là où on pas l’habitude de s’arrêter, là où l’on ne fait que passer.


6
Francis Alÿs
Zocalo, Mexico D.F., 14 nov. 1998.

Marcher et observer.
Mexico, une chaleur plombante,
Une place gigantesque et un seul coin d'ombre.
Le temps qui passe déplace l'ombre portée de ce mat central,
chorégraphie lente et inconsciente des passants.
Communauté éphémère qui se forme.

"...I spend a lot of time walking around the city...
The initial concept for a project often emerges during a walk. As an artist, my position is akin to that of apasser-by constantly trying to situate myself in a moving environment.
My work is a succession of notes and guides.
The invention of a language goes together with the invention of a city. Each of my interventions is another  fragment of the story that I am inventing, of the city that I am mapping."
 
(Francis Alÿs, Mexico City 1993)

Posté par annesauce à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Faire se rencontrer les gens,
être un artificier de la rencontre,
rêver de rassemblements éphémères au cours desquels des gens, ne se connaissant pas, échangerai, discuterai sans raison certaine ;

Les gens ont-ils envie de se rencontrer?
Peut être est-il vain de vouloir réconcilier les « individuels » ?
Le rêve d’une communauté unie est-il révolu ?

connais-tu ton voisin ?
non.
mais as-tu envie de le rencontrer ?
non, pas vraiment.

Les gens ont-ils envie de se rencontrer?
Peut être est-il vain de vouloir réconcilier les « individuels » ?
Le rêve d’une communauté unie est-il révolu ?

Mais pourquoi alors cette envie profonde de travailler sur la communauté ?
Est-ce vraiment l’envie de rassembler les gens qui m’anime ou le besoin de révéler que, malgré l’individualisme de notre société, l’être commun résiste, insiste.

"Vivre ensemble", apprendre de l’autre, de ce qui n’est pas soi,
s’affranchir de ces liens originels,
s’identifier à une identité plus complexe,
celle de la ville.

L'espace public comme imaginaire du lien social.

Posté par annesauce à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,